Optique sur les fibres

Fiber Being, de Yasuhiro Suzuki

Fiber Being, de Yasuhiro Suzuki

Tokyo Fiber ’09 est une exposition impressionnante présentée à la Triennale du design de Milan cette année, parrainée par l’association japonaise des fibres chimiques (JCFA), le comité technique de recherche pour l’innovation dans le domaine de la plasturgie, et placée sous le patronage du ministère japonais de l’économie, du commerce et de l’industrie, le puissant METI.

L’exposition présentait 14 matériaux aux propriétés spectaculaires, mis au point par l’industrie plastique japonaise. L’objectif du show, atteint, était de démontrer les multiples et surprenantes applications de ces nouveaux matériaux, histoire de les rendre attractifs. Une scénographie sobre mais très efficace, un accueil exemplaire (y compris en français !) et des visions scotchantes, drôles, à couper le souffle, ou définitivement futuristes, parfois cumulant ces qualificatifs. Designers, architectes et artistes furent appelés pour concevoir ces visions, comme Ross Lovegrove ou Shigeru Ban. En voici quelques exemples.

Fiber Being utilise Breathair, un matériau élastique composé à 95% d’air et à mémoire de forme. Les hypnotisants mannequins proposés par Yasuhiro Suzuki, ouvrent des pistes sur l’expression de la respiration humaine en matière de robotique.

Water Logo '09 par l'atelier Omoya et Hara Design Institute

Water Logo '09 par l'atelier Omoya et Hara Design Institute

Water Logo ’09 utilise Monert, un tissu ultra-hydrophobe et l’atelier Omoya + Hara Design Institute le mettent en scène sur un pan incliné qui laisse apparaître et ruisseler des goûtes d’eau.

« Fukitorimushi » est un robot de nettoyage qui utilise les propriétés des nanofibres (7500 fois plus fines qu’un cheveu) pour eradiquer la moindre poussière ou particule lipidique, dans un ballet silencieux et cocasse où la créature (made by Panasonic) se meut par une reptation digne d’une bestiole sortie d’un film de Miyazaki.

Con/fiber, un béton truffé de fibres optiques

Con/fiber, un béton truffé de fibres optiques

Con/fiber est une installation de Kengo Kuma qui met en scène un béton fibré, l’ESKA, mis au point par Mitsubishi et une société allemande, Luccon, spécialisée dans les bétons techniques. Sans éclairage le béton est opaque, éclairé, il devient diaphane. D’intéressants jeux de lumière avec des parois qui laisseront passer la lumière d’une habitation la nuit venue et qui éclaireront l’intérieur en journée.

Une opération séduction réussie où la poésie, l’imaginaire et la performance technique forcent le respect et suscitent l’émotion. Seul bémol dans ces louanges, et non des moindres : les qualités de recyclabilité et d’innocuité des matières mises en scène ne sont pas systématiquement démontrées. Peut-on aujourd’hui faire cette impasse ?

Publicités

3 réponses à “Optique sur les fibres

  1. Bonjour,
    Je trouve ces réalisations fascinantes, pas seulement pour leur beauté, mais aussi parce qu’elles introduisent une autre vision de la réalité. Personnellement, je suis particulièrement sensible aux gouttes d’eau ainsi qu’au béton fibré. Je pense que le problème de leur recyclabitilité n’est pas important quand il s’agit d’oeuvres d’art ou de prototypes mais que par contre, il devient crucial pour des utilisations plus larges.
    Merci en tout cas pour votre blog

  2. Pingback: Canoniser à Milan « Perspectives & Créativité

  3. Pingback: Canoniser à Milan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s